Nouveautés

Voir les nouveautés

Autour des expositions
en cours

Connecter les mondes

21 juin 2024 1 septembre 2024

La mondialisation a connu une accélération considérable ces dernières décennies mais elle s'inscrit également dans une continuité d'échanges et de dialogues interculturels. L'exposition Connecter les mondes présente un ensemble de formes artistiques d'hier et d'aujourd'hui qui ne connaissent pas réellement de frontière ou de limite géographique.

Si les artistes, les techniques, les objets n'ont jamais cessé de circuler, l'histoire de ces échanges se mêle à celle, douloureuse, des conquêtes et des dominations. Dans un même temps, la fascination, l'appropriation ou l'assimilation d'autres cultures ont construit les regards et les sensibilités des artistes et des spectateurs.

À l'aune d'une société plurielle plongée dans la globalisation, l'exposition Connecter les mondes est l'occasion d'apporter un nouvel éclairage sur ce dialogue artistique, à partir d'un ensemble de peintures, dessins, installations et vidéos, issu des collections du musée et du macLYON, et enrichi par des prêts exceptionnels.

Léger et les Nouveaux Réalismes - Les collections du MAMAC à Biot

15 juin 2024 18 novembre 2024

Une exposition organisée au musée national Fernand Léger à Biot par les musées nationaux du XXe siècle des Alpes- Maritimes et GrandPalaisRmn, en partenariat avec le Musée d'Art Moderne et d'Art Contemporain (MAMAC), Nice.

Le musée national Fernand Léger de Biot et le musée d'art moderne et d'art contemporain (MAMAC) de Nice célèbrent ensemble la créativité artistique grâce à une exposition réunissant l'œuvre joyeuse et colorée du peintre Fernand Léger (1881-1955) et les œuvres incontournables du MAMAC.

Au cœur de la couleur Chefs-d’œuvre de la porcelaine monochrome chinoise (8e-18e siècle)

12 juin 2024 16 septembre 2024

Recherche de la perfection, pureté inégalée des formes et des couleurs : un parcours initiatique au cœur de la beauté, à travers dix siècles de création et de design en Chine.

Une éblouissante émotion esthétique.

Événement de l'été au musée Guimet, l'exposition "Au cœur de la couleur" retrace la longue histoire de la porcelaine et des couleurs de grand feu en Chine entre les 8ème et 18ème siècles. Provenant de l'extraordinaire collection Zhuyuetang de Richard Kan (Hong-Kong) et de celle du musée Guimet, 300 chefs-d'œuvre illustrent le goût chinois pour la simplicité formelle et la pureté des coloris, issus de siècles de perfectionnement. La quête incessante de l'épure, jusqu'à trouver la forme et la couleur parfaites, a ainsi donné naissance à des pièces uniques d'une grande finesse esthétique, présentées dans l'exposition.

Picasso Iconophage

11 juin 2024 15 septembre 2024

Le Musée national Picasso-Paris présente sa nouvelle exposition temporaire intitulée « Picasso Iconophage » du 11 juin au 15 septembre 2024 dans les espaces du rez-de-chaussée. L'exposition analyse la modernité de la conception de l'image de Pablo Picasso en explorant les sources artistiques et extra-artistiques de son œuvre et leurs modes d'appropriation.

Multiréférencée, l'œuvre de Pablo Picasso frappe par la richesse de sa culture visuelle. L'artiste, célébré par les avant-gardes comme le pourfendeur de l'académisme, n'a eu pourtant de cesse de se présenter comme l'héritier d'une longue tradition picturale. Son rapport ambigu à l'histoire de l'art pose à la fois la question des sources et celle de leurs modes d'appropriation. Visiteur assidu du Louvre, Picasso a accumulé sa vie durant photographies, cartes postales, reproductions, affiches, revues et livres illustrés auxquels il faut encore ajouter les œuvres de sa collection personnelle. Cet amoncellement qui constitua pour l'artiste un riche répertoire iconographique est symptomatique d'une nouvelle façon de penser l'image, affranchie du champ artistique et du temps historique. Il n'existe néanmoins aucune citation littérale dans son œuvre : ses variations sur les tableaux des grands maîtres sont avant tout des déconstructions ; ses formes et ses compositions sont toujours hybrides. L'exposition propose de mettre en évidence l'inscription des peintures, des sculptures et des dessins de Picasso dans un réseau complexe d'images sources à travers quatre thèmes qui traversent son œuvre : le héros, le Minotaure, le voyeur, le mousquetaire.

COMMISSARIAT DE L'EXPOSITION

Cécile Godefroy, Responsable du Centre d'Études Picasso, Musée national Picasso-Paris
Anne Montfort-Tanguy, Conservatrice au cabinet d'Art graphique du Musée national d'art moderne et professeure en histoire de l'art moderne à l'École du Louvre

Notre collection papeterie

Découvrez tous les assortiments papeterie de la Réunion des musées nationaux - Grand Palais, inspirés par les oeuvres iconiques de nos musées partenaires.

La Dame à la Licorne

Le Toucher, le Goût, l'Odorat, l'Ouïe et la Vue... et une sixième pièce qui symbolise le sixième sens, avec une tente bleue et l'inscription A mon seul désir. Les tapisseries qui forment la tenture de la Dame à la licorne sont parmi les œuvres les plus célèbres des collections du musée de Cluny.

Apprendre en s'amusant

Partez à la découverte des plus grands musées et de leurs oeuvres en invitant petits et grands.

Constellation du Louvre, Jean-Marie Appriou
Estampes contemporaines

Estampe Constellation du Louvre - Jean-Marie Appriou

KM011492
L'œuvre de Jean-Marie Appriou (né à Brest en 1986, vit et travaille à Paris) se joue du brouillage des temporalités, plonge dans les profondeurs archaïques de la sculpture afin de créer de nouvelles chimères, futuristes, ancrées dans l'histoire et les mythes. Ses créations ont été exposées dans de nombreuses institutions, du Palais de Tokyo (2014) au château de Versailles (2017) au Consortium de Dijon (2019-2020) et à Lafayette Anticipations (2021).

L'atelier de l'artiste est situé à quelques minutes des Ateliers d'art de la Rmn-GP à Saint-Denis, et il a donc pu y explorer les techniques de gravure qu'il avait développées par le passé. Passionné de gravure, il a, pour cette œuvre, voulu explorer le patrimoine technique en associant plusieurs méthodes d'aquatinte et d'eau-forte. Pendant plusieurs semaines, la plaque a été le champ d'une expérimentation des endroits où la gravure pouvait l'emporter.
Jean-Marie Appriou a ainsi fait appel à toute son expérience de sculpteur afin de transformer la plaque en une réalité physique où chaque trait, chaque point, serait le résultat d'un mélange de hasard et de décision, tout en respectant les contraintes formelles d'une plaque destinée à imprimer des estampes à tirage illimité, suivant le modèle de la Chalcographie du Louvre.
En cette année anniversaire du musée du Louvre, ouvert en 1793, l'artiste retourne aux origines du musée et entend concevoir, par son œuvre, une fable animalière du musée. Il a cherché à identifier, dans l'histoire du Louvre, des animaux-emblèmes afin de réaliser un portrait fablier et mythique du musée. Ainsi nous invite-t-il à découvrir, suivant le titre de son œuvre, Constellation du Louvre.

Dans cette constellation, la Louve incarne l'étymologie possible du nom « Louvre »; la salamandre renvoie à François Ier, qui lança les travaux de la Cour Carrée et acquis l'ensemble d'œuvres de Léonard de Vinci désormais dans les collections du musée, le lion rappelle Rubens et le cycle de la galerie Médicis, le cheval est un écho à la sculpture équestre de Louis XIV de Bernin, tourné vers le Sud Est dans la direction de Versailles, le chacal d'Anubis, signal de Denon et de la Campagne d'Égypte qui lança le musée Napoléon, la colombe, symbole de paix, présente dans le plafond de Georges Braque qui marqua le renouveau de la venue des artistes modernes au Louvre.
Ces animaux composent un récit du Louvre, mais l'œuvre n'est pas seulement narrative : elle crée un brouillage du temps, où tous les emblèmes se répondent les uns aux autres, et surgissent du fond de l'image. Dans son enfance et ses premières années de jeune artiste, Jean-Marie Appriou est souvent venu au musée développer son regard. Avec Constellation du Louvre, il invite les spectateurs à faire de même, à poursuivre le développement de l'acuité de leur œil, et à retourner au musée découvrir les collections.

Eau-forte, aquatinte sur cuivre.
Plaque gravée par l'artiste avec l'assistance technique des artisans de l'atelier de la Chalcographie de la Rmn-GP, Lucile Vanstaevel et Marius Tessier, et imprimée sur une presse taille-douce du même atelier à Saint-Denis.

Les incontournables

Voir les incontournables

Notre équipe commerciale à votre service

Pour des commandes de fabrication, des besoins de quantités supplémentaires, des souhaits de personnalisation ou toute autre demande spécifique, contactez-nous :

Formulaire de contact pro.boutiquesdemusees@rmngp.fr